Bilan du marché sans permis face à la pandémie et les confinements

Publié par Clothilde GARNIER le

L’année 2020, sa pandémie et son lot de confinements ont été une terrible épreuve pour de nombreux secteurs économiques, à n’en pas douter, comprenant le secteur automobile. Et pourtant, le marché des voitures sans permis est resté stable ! Décryptage.

Le secteur automobile traditionnel a été nettement impacté par le virus de la Covid, et cela avant même que l’épidémie ne devienne pandémie mondiale. En effet, depuis des décennies, un nombre très important de constructeurs automobiles de toutes nationalités ont massivement conclu des partenariats avec les usines chinoises pour la fabrication de leurs véhicules en tout ou partie. Cela a conduit la Chine à devenir le premier marché mondial de l’automobile, avec l’implantation d’usines par les constructeurs américains et européens… à Wuhan, considérée comme l’une des « villes automobiles » de Chine. Or, dès janvier 2020, les usines chinoises ont dû fermer leurs portes face au confinement plus qu’essentiel. Cela a causé de très grands retards de livraison pour les constructeurs partout dans le monde. S’en est suivi la propagation du virus et les mesures forcément prises dans tous les pays. De très nombreux constructeurs ont vu leurs actions chuter à pic.

Et les voitures sans permis dans tout ça ? Et bien c’est là que réside la bonne nouvelle dans la grisaille ambiante. En tant que marché de niche de l’automobile, les partenariats internationaux concernant la fabrication des voiturettes sont très limités, voire inexistants. Donc un impact de moins sur ce marché.

Et nous pouvons nous permettre d’être chauvin : la France produit 90% des véhicules sans permis circulant en Europe, grâce à de nombreux constructeurs parmi lesquels Ligier, Chatenet, et bien sûr le leader Aixam avec ses 12 500 unités produites par an.

Si le premier confinement a vu la fermeture des usines automobiles, la reprise a signifié, notamment pour Aixam, un essor des commandes. Les ventes d’Aixam ont par ailleurs augmenté de 23% au cours de l’été 2020.

La vente de VSP a été aidé par plusieurs facteurs, comme le fait d’être accessibles dès 14 ans. Mais la pandémie a aussi eu son effet positif sur les ventes : comme cela a été remarqué dans de nombreux pays, France y compris, beaucoup de gens sont devenus méfiants envers les transports en commun, où les gestes barrière sont difficilement applicables. Ainsi, nombreux.ses sont ceux.celles qui ont préféré passer à une mobilité individuelle. Que ce soit parce que l’on n’a jamais voulu passer son permis, que l’on en a pas le temps ni les moyens, ou bien simplement pour son adaptabilité en milieu urbain, la voiture sans permis est devenu un choix en or pour éviter les transports de masse et les risques sanitaires qu’ils impliquent. De fait, l’année 2020 a vu l’immatriculation de plus d’une centaine de véhicules sans permis en plus par rapport à 2019. Et cela sans compter le marché de l’occasion qui se porte extrêmement bien ! Si vous avez dans l’idée de vendre votre voiture sans permis, si tant est qu’elle soit en bon état général, sachez que vous n’aurez pas de mal à trouver acheteur et à vendre en un cours délai.

Partager ce message



← Message plus ancien Message plus récent →

Sale

Indisponible

Épuisé