Les cabriolets sans permis

Publié par Clothilde GARNIER le

Envie de sentir le vent dans vos cheveux au volant d’une voiture sans permis ? Plusieurs choix s’offrent à vous !

Les constructeurs de voitures sans permis ont depuis longtemps entrepris de moderniser les sempiternels « pots de yaourt » en travaillant en profondeur sur l’aspect de leurs véhicules. Avec des looks s’inspirant des citadines les plus en vogue, les voitures sans permis sont maintenant des petits bijoux de design. Dans cette optique, plusieurs voitures sans permis décapotables ont vu le jour.

Le constructeur leader du marché européen, AIXAM, propose le modèle SCOUTY dont le toit est amovible et peut être rangé dans le coffre. Les arches de toit restent en place et permettent de limiter les bourrasques de vent tout en profitant du soleil sur vos épaules. L’AIXAM SCOUTY, développée sur la base de l’A721, a vu le jour en 2005, en faisant suite à la toute première voiture décapotable du constructeur, la Mac. Cette dernière était accès principalement sur un look plage, et disposait d’une simple bâche en guise de toit. La SCOUTY offre un toit dur (« targa ») et plus de polyvalence, ce qui en fait une parfaite décapotable tant pour vos trajets quotidiens que vos départs en vacances. La SCOUTY a été restylisée en 2007 (finition SCOUTY R avec élargisseurs d’aile pour un look plus sportif) et 2008 (nouvelle face avec phares en amande), mais sa production a cessé en 2010 avec l’arrivée de la gamme Impulsion.

Le constructeur CHATENET n’est pas en reste avec un premier cabriolet avec toit en toile pour son modèle BAROODER, et continue avec le modèle SPEEDINO, au look résolument roadster. Une fois décapotée, l’arceau de sécurité de la SPEEDINO reste apparent et lui offre un design travaillé et sportif, allié à des jantes en aluminium. L’intérieur se dote d’un volant, d’un pédalier et d’un levier de vitesse sport. CHATENET frappe encore un grand coup dans la voiture sans permis cabriolet en dévoilant, au Mondial de l’Automobile de 2011, la CH26 en version découvrable. Son toit offre une nouveauté majeure : l’ouverture électrique, qui en outre est programmable ; CHATENENT s’est pour cela allié à WEBASTO, leader du toit ouvrant automobile. A neuf, il faut compter un surplus d’environ 1000 € par rapport à la CH26, mais les occasions ne sont pas rares.

Récemment, le constructeur BELLIER a lui aussi pris les devants du cabriolet sans permis avec le lancement, en juin 2018, d’une nouvelle version de son modèle B8. Cette voiturette, inspirée de la Fiat 500, est la première véritable cabriolet du marché. Dénué d’arceau ou d’arches, seul le parebrise dépasse la ligne de la voiture une fois la capote en toile entièrement retirée. La capote manuelle est par ailleurs facile à mettre en place par un système de boutons pression. Le châssis de la B8 est renforcé au niveau du montant de parebrise ainsi que du berceau arrière. A noter, la BELLIER B8 décapotable, comme sa version berline, propose en option une calandre chromée inspirée du Peugeot 2008.

Partager ce message



← Message plus ancien Message plus récent →

Sale

Indisponible

Épuisé